LabCMO - Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur

Publications et présence dans les médias

Le LabCMO reçoit une importante subvention d'équipe!

Nous sommes très heureux d'annoncer que le LabCMO a obtenu une subvention de près de 338 000 $ sur 4 ans (2016-2020) auprès du Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC), via son programme "Soutien aux équipes de recherche". 

 

Lire la suite...

Twitter

Axe 1 - Logiciels libres et formes d'engagement citoyen

Responsable : Guillaume Blum, chargé de cours, Département de management et technologie, doctorant en administration, UQAM

L’objet de recherche privilégié ici est la façon dont la conception et l'usage des technologies de l'information deviennent progressivement l'objet d'une critique. Le modèle du logiciel libre – free software ou open source – constitue un cas emblématique de cette dynamique. Le modèle du logiciel libre propose que le code source du logiciel soit librement lisible, modifiable et réutilisable par tous. Ce modèle a suscité, ces dernières années, un mouvement de coopération à l'échelle internationale qui a permis la production de nombreux logiciels dont quelques-uns rivalisent aujourd'hui avec les produits commerciaux.

Par ailleurs, de nombreux acteurs justifient explicitement leur engagement dans le monde du libre à partir d'une éthique du partage des savoirs. Ils articulent parfois leur engagement avec d’autres types de revendications sociales ou environnementales. Nous cherchons à saisir la façon dont ces acteurs attribuent eux-mêmes une dimension politique aux technologies de l'information.

Ainsi, ils proposent de considérer les technologies comme l’objet d’enjeux politiques et de controverses sur lesquelles les citoyens peuvent et doivent se prononcer politiquement. D'un point de vue théorique, notre démarche s'inspire des approches pragmatiques dans l'étude des sciences et des techniques (science and technology studies – STS), en particulier la théorie de l'acteur-réseau et les approches féministes de la technologie. Ainsi, nous ne considérons pas les technologies de l'information comme des formes stabilisées et séparées du social. Nous appréhendons plutôt les technologies comme des « assemblages » – plus ou moins stabilisés et socialement contestables – de matériaux physiques (hardware) et de pratiques humaines collectives traversées par des rapports économiques, culturels et des rapports de genre.

Concernant nos travaux empiriques, nous privilégions les approches participatives ancrées dans la situation québécoise. Nous avons pris comme point de départ l'étude des groupes associatifs (groupes communautaires, organisations sans but lucratif, partis politiques) qui souhaitent intégrer la question du logiciel libre dans la définition de leur mission sociale. Nous cherchons à comprendre les interactions entre ces acteurs communautaires et l’ensemble de la collectivité québécoise.

Projets terminés

Portrait du libre au Québec
Les militants du code : L'action communautaire québécoise à l'ère numérique 

Voir les projets de recherche en cours du LabCMO.

Axe 2 - Publics en action: culture participative et expériences collectives

Axe 3 - Technologies numériques et nouveaux rapports aux savoirs