LabCMO - Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur

Publications et présence dans les médias

Le LabCMO reçoit une importante subvention d'équipe!

Nous sommes très heureux d'annoncer que le LabCMO a obtenu une subvention de près de 338 000 $ sur 4 ans (2016-2020) auprès du Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC), via son programme "Soutien aux équipes de recherche". 

 

Lire la suite...

Twitter

Conférence-débat : Les mots et les choses du numérique

Avec la numérisation, notre monde a changé, malgré une indiscutable continuité. Bien que reposant plus que jamais sur un modèle capitaliste qui ne date certes pas d’hier, il a changé dans sa façon de fonctionner, de penser et de se penser. Malgré ce consensus qui s’impose face aux faits, il reste difficile de désigner un concept fédérateur qui ne soit pas traversé par des enjeux de pouvoir. Avec quel concept les chercheurs en sciences sociales peuvent-ils alors travailler ? Dans Les mots et les choses (1966), Michel Foucault historicise le savoir et propose d’étudier son développement depuis l’âge préclassique jusqu’à la modernité, autour du concept d’épistémè. Il n’aura toutefois pas connu la révolution numérique et nous sommes nombreux à essayer d’imaginer ce qu’il aurait pu en dire. Aurait-elle, selon lui, engrangé tant de changement dans la façon de produire et d’organiser le savoir qu’elle aurait mérité qu’on lui réserve le qualitatif d’épistémè numérique ? Cette présentation proposera de développer une telle hypothèse en passant en revue les caractéristiques des différentes épistémès. Elle tentera de la mettre à l’épreuve de quelques cas empiriques pour ouvrir une discussion sur sa validité théorique, empirique et méthodologique.

Montréal : Chaire de recherche UQAM sur les usages des technologies numériques et les mutations de la communication (J-1090)
Date : Vendredi 10 mars 2017, 10h à 12h

Sami Coll est chercheur associé à l’Université de Genève et professeur invité à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal où il développe le concept d’épistémè numérique pour tenter de porter un éclairage sur les chamboulements numériques et cognitifs des dernières décennies.